Critique d’album : Odds and Ends du groupe montréalais Cheshire Carr

Cheshire Carr est une formation folk rock établie à Montréal. Odds and Ends est le titre de son premier album. Toutes les pièces du disques sont composées par le chanteur-guitariste Ariel Harrod. Ce serait faux par contre de croire que les 5 autres membres du groupe ne se contentent que d’un rôle de soutien. On fait affaire ici à un vrai band où chaque musicien amène sa couleur personnelle. La chanteuse Geneviève Cooke prend le lead sur 2 pistes de l’album : l’énergique ‘Till The End et Those who Stay, plus sensible. Le guitariste Elie Flynn a fait un travail remarquable et bien mis en évidence tout au long de l’album. Ses arrangements en fingerpicking sont définitivement «tasty». Le batteur Pierre Lavoie prête sa voix magnifique à la dernière pièce du disque Cry My Love qui se termine d’une façon grandiose et épique. Bien que plus subtil, le jeu d’accordéon de Mathilde Pigeon amène assurément de la profondeur dans le son du groupe et crée des moments d’une intensité prenante comme dans la pièce Remember When où le registre grave de l’instrument est utilisé de façon ponctuelle. Les «grooves» à la basse de Sébastien Francisque sont toujours efficaces et de bon goût.

cheshire-inside-7-25x7-25-300

Pour en revenir aux compositions, Ariel Harrod a un beau sens pour les mélodies qui s’installent subtilement en nous et qui nous donnent des frissons dès qu’on les réécoute. Il a aussi le sens de ce que j’appelle «l’accord qui tue». Dans pratiquement chacune de ses compositions, il y a un moment, un changement d’accord, qui vient prendre l’auditeur par le collet pour l’amener à un endroit juste assez surprenant mais parfait à la fois.

cheshire-outside-1800x1325-72-2

Dans l’ensemble, on constate que le groupe a vraiment pris ce projet d’album très au sérieux. On sent le désir de cohésion dans l’oeuvre. Je pense entre autres à la piste d’introduction In Each Man qui revient au milieu du disque dans la pièce Devil in a Porcelain Dress, un moment fort de l’album où les harmonies vocales, une force du groupe, sont mises en lumière. On sent aussi l’intention qu’a la formation de s’accrocher à une tradition musicale forgée par des incontournables tels Led Zeppelin, Bob Dylan, Pink Floyd et autres. Cela étant dit, Cheshire Carr propose une musique inspirée et rafraichissante. On est bien en 2016 avec Odds and Ends, mais on sent que l’oeuvre a ce petit quelque chose d’intemporel.

ccarr-oande-cover-1500x1364-72

Le disque sera disponible le 4 novembre prochain sur iTunes, Spotify et Bandcamp. Lancement ouvert au public le 9 novembre, O Patro Vys à Montréal.

cheshire-outside-1800x1325-72-2
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,